Les différents types de risque d'un placement

Les différents types de risque d'un placement

Les différents types de risque d’un placement sont légions. L’objectif de cet article est avant tout pédagogique : bien prendre conscience des risques pris par l’investisseur que vous êtes. Il est effectivement incontestable que sans prise de risque point de rendement à l’horizon. Mais pour autant, ce risque doit être mesuré et surtout adapté à l’appétence de chacun.

Il convient de distinguer les risques intrinsèques (+++) et extrinsèques (subir des pertes alors même que la valeur/le portefeuille/la stratégie sur lequel/laquelle vous avez investi croît).

1 – Le risque de contrepartie

Risque que le prestataire avec lequel vous avez conclu votre investissement ne puisse honorer ses engagements avant que la transaction soit dénouée, c’est-à-dire que les opérations de règlement/livraison soient finies. 

Contrairement au risque de crédit, le risque de contrepartie ne se réfère pas à un défaut sur votre investissement, mais à un défaut sur la contrepartie avec laquelle vous avez conclu l’opération.

2 – Le risque humain

C’est la composante « psychologie » de l’investisseur qui est prise en compte dans cette hypothèse. Il s’agit de finance comportementale ayant trait aux différents biais psychologiques. (peur de la perte, euphorie, appât du gain, irrationalité, comportement kamikaze…)

La finance comportementale analyse les travers du comportement humain et leurs conséquences sur les marchés. En voici les principaux :

  • Laisser courir ses pertes et couper trop tôt ses gains. A long terme une telle stratégie est perdante. 
  • Le biais d’ancrage des chiffres. En trading, les niveaux dits « psychologiques » ou « chiffres ronds » sont très utilisés. Pourtant, il n’y a pourtant aucune rationalité financière, un CAC40 qui se rapproche dès 5000 points ou autour des 20 000 points sur le Dow Jones n’est nullement un critère de cherté.
  • Le biais de momentum. L’investisseur pense à tort que ce qui s’est produit dans le passé récent aura tendance à se reproduire. Un support financier très en vogue (SCPI par exemple) peut connaître des périodes de sévères déconvenues dans le futur.
  • Le biais de confirmation. Lorsqu’un investisseur a pris une décision, il a tendance à ne retenir dans ses lectures que les éléments qui vont dans son sens et à censurer mentalement tout le reste. Ce biais peut pousser l’investisseur à persister dans ses erreurs et à connaître de sévères pertes.

La liste des biais comportementaux est longue et le facteur « humain » peut vous jouer des tours. C’est pourquoi se développe notamment les robots de trading ou le trading algorithmique… Afin d’éluder le vecteur d’erreur humain et maximiser les gains.

3 – Le risque d’escroquerie

C’est un risque de fraude et d’arnaque à l’échelle d’une entreprise. Il s’agira le plus souvent de montages douteux, sociétés écrans, sociétés inexistantes, sociétés basées dans des paradis fiscaux proposant des « produits exotiques » (options binaires notamment).

Exemple : Les montages en pyramide de PONZI comme effectués par la société MADOFF en est l’illustre exemple. Des rendements élevés et réguliers dans le temps, dissimulation d’informations comptables à l’autorité des marchés américain, une collecte factice, des investissements qui servaient à payer les rendements des premiers investisseurs. Tous les ingrédients d’une escroquerie étaient réunis.

Pour éviter ces types de risque de placement, l’investisseur doit tout d’abord s’écarter de tout investissement qu’il ne comprend pas. D’autre part, il faut fuir toutes sociétés proposant des rendements extraordinaires pour un risque limité.


Voici donc énoncés succinctement les différents types de risque d’un placement. Il est donc important de se faire accompagner par des professionnels de la gestion de patrimoine spécialisés en marchés financiers et boursiers pour sécuriser et optimiser le rendement/risque de votre investissement. N’hésitez pas à nous contacter chez MONOCEROS CAPITAL pour étudier avec vous les placements les plus adéquats à votre situation patrimoniale.