Parking

Parkings : Simplicité et rentabilité à prix réduit

Marché de niche, ce placement alternatif est un levier de diversification non négligeable. C’est l’investissement idéal pour se constituer ou accroître son patrimoine à moindre coût.

Dans un marché locatif devenu difficile notamment dans les centres-villes, l’investissement dans les parkings a de quoi séduire grâce à une rentabilité moyenne nette constatée selon les centres villes entre 4,5% et 6,5% !

Avantages très nombreux :
  • Une mise de départ modeste.
  • Une gestion courante peu chronophage.
  • Un risque de vacance locative faible.
  • Pas de préavis ni de plafonnement de loyer. Au moindre impayé, il est donc possible de congédier le locataire.
  • Les charges sont réduites car peu d’entretiens et travaux à effectuer.
  • La taxe foncière est faible puisque indexée sur la surface de parking.
  • Divers abattement pour durée de détention s’appliquent en matière de plus value, impôt sur le revenu.
Parkings

Pour une place achetée 20 000 euros à LYON et louée 125 euros par mois (soit 1.500 euros par an), des charges annuelles de l’ordre de 300 euros seront à envisager. Cependant en retour le rendement net s’élèvera autour de 6 %.

Pour un parking à Paris acquis 30.000 euros, les frais se décomposent de la manière suivante : émoluments du notaire (1.368 euros), droits d’enregistrement (1.742 euros), frais de publication (30 euros), frais divers incluant le cadastre, la conservation des hypothèques, le syndic (400 euros), sans oublier la TVA (274 euros). Donc, il faudra ajouter 3.814 euros, soit 12,7% du prix de vente.

Conditions :
  • Bien étudier le marché local, le type de parking et sa dimension.
  • Privilégiez des emplacements qualitatifs.
  • Etre vigilant à l’accessibilité du parking. 
  • Les loyers encaissés doivent être déclarés comme des revenus fonciers.
  • Etre attentif au règlement de copropriété le cas échéant.
Contraintes :
  • Les prix peuvent aller du simple au triple selon les emplacements.
  • Les frais représentent un pourcentage important du prix de vente. Une partie variable liée au prix d’achat (droit de mutation, frais d’enregistrement, publicité foncière, émoluments du notaire) ainsi que des frais fixes plafonné à 10 % de la valeur du bien.
  • Des charges de copropriétés peuvent s’appliquer et grever la rentabilité de l’investissement.